Fraude documentaire et à l’identité : enjeux et risques pour les citoyens et les entreprises 

fraude documentaire et identité VIALINK

Selon le baromètre sur le risque de fraude pour les entreprises en France d’Allianz Trade, en 2022, 7 entreprises sur 10 ont subi au moins une tentative de fraude et plus d’1 sur 2 a subi une fraude avérée ! 

Face à ce constat, il apparaît indispensable de se prémunir contre les fraudes et de construire des parcours sécurisés afin d’être en conformité et minimiser les risques pour son entreprise et ses clients ! 

En jeu au-delà des risques financiers ? L’image et la fiabilité de l’entreprise ainsi que la protection de ses clients, prospects, collaborateurs …et de leurs données personnelles ! 

Pour pouvoir se prémunir contre les fraudes, la première étape consiste à appréhender au mieux la situation. Quelles sont les raisons de cette explosion des fraudes ? Quelles sont les techniques les plus utilisées ? 

La digitalisation croissante de la société a augmenté les risques et engendré une hausse des fraudes en ligne 

Il n’est plus à prouver que le digital a pris une place prépondérante dans notre société et notre quotidien. La COVID-19 n’a fait qu’accélérer cette tendance et la digitalisation d’un grand nombre d’entreprises, d’institutions et de citoyens. 

Nul ne peut contester que le digital a permis de faciliter la vie quotidienne ainsi que des démarches administratives souvent fastidieuses. 

Par exemple, il est désormais possible d’effectuer en quelques clics et depuis chez soi, l’ouverture d’un compte en banque, de souscrire à un crédit ou encore de louer un logement.. Un véritable gain de temps pour les citoyens. 

Pour les entreprises, le digital présente également de nombreux bénéfices. Il a permis d’accroître la productivité, de réduire les coûts opérationnels et d’améliorer l’expérience lors des entrées en relation avec des clients (individu et entreprise) ou encore des fournisseurs. Des avantages non négligeables ! 

Cependant, le revers de la médaille est une augmentation des fraudes et l’exploitation abusive de données personnelles. 

Des fraudes aux personnes physiques et morales : à la clé du vol de données personnelles et des demandes de rançons 

Face à la fraude, nul n’est à l’abri. En effet, les fraudes touchent aussi bien les personnes physiques (les citoyens) que les personnes morales (les entreprises). 

Les fraudes aux personnes physiques 

Les personnes physiques subissent des fraudes diverses et variées. Pour n’en citer que quelques-unes, vous avez forcément entendu parler de phishing : les mails ou sms frauduleux, d’arnaques téléphoniques, de fausses offres de logement ou encore de faux sites administratifs … 

Toutes ces techniques ont pour but de récupérer les données personnelles des cibles afin de pouvoir les exploiter par la suite notamment en usurpant leur identité. 

Malheureusement, les usurpations d’identité sont souvent détectées par les victimes plusieurs années après, lorsqu’elles effectuent des démarches administratives ! 

Les fraudes aux personnes morales 

Les entreprises ne sont pas en reste ! En effet, les fraudeurs multiplient les attaques auprès des entreprises, à la clé souvent de grosses sommes d’argent ainsi que du vol de données.

L’une des fraudes les plus courantes est la fraude aux faux fournisseurs. Cela consiste à usurper l’identité d’une personne en se faisant passer pour un fournisseur de l’entreprise afin de détourner des fonds ! 

Toujours en lien avec le vol de données personnelles, nous retrouvons l’infiltration dans les systèmes d’information afin de voler des données ou bloquer la production d’une entreprise dans le but de demander une rançon…. Des techniques qui nécessitent une véritable acculturation et une vigilance accrue ! D’autant que les fraudeurs multiplient et varient leurs attaques ! 

La digitalisation a ainsi augmenté les risques de fraudes mais a également permis aux fraudeurs de disposer de techniques et technologies beaucoup plus élaborées. 

Ces techniques nécessitent donc de sensibiliser et former l’humain à la détection des fraudes, et de s’équiper d’outils permettant de détecter les tentatives de fraudes afin de les contrer. Enfin, il apparaît indispensable de mettre en place des systèmes de stockage des données sécurisés afin de protéger aux mieux les clients/utilisateurs de l’entreprise ! 

Des fraudeurs inventifs aux techniques variées 

Les techniques de fraudes se sont multipliées et diversifiées. Mais alors, quelles sont les fraudes les plus courantes ?

Les fraudes les plus courantes en France et en Europe 

  1. A la première place du podium, la fraude à la carte bancaire. Cela consiste à utiliser la carte d’un tiers en récupérant ses données personnelles pour effectuer des achats ou retraits d’argent.
  2. Nous retrouvons ensuite la fraude à l’identité, qui consiste à usurper l’identité d’une personne pour souscrire des crédits, prêts par exemple.
  3. Enfin, à la troisième place : la fraude à l’assurance. Les citoyens déclarent des accidents ou des maladies afin d’obtenir une indemnisation ou des remboursements.

Notons, que la fraude à l’identité est l’une des plus importantes et des plus aisées à réaliser. Selon la FTC, la fraude d’usurpation d’identité avait augmentée de 45% en 2020… 

La fraude en entreprise : des techniques variées 

L’usurpation d’identité est l’une des techniques préférées des fraudeurs lorsqu’ils attaquent des entreprises. Elle peut prendre différentes formes. 

Tour d’horizon des techniques d’usurpation d’identité les plus courantes  : 

  • La fraude aux faux fournisseurs : cela consiste à prendre l’identité d’un fournisseur afin de détourner les fonds de l’entreprise attaquée. Pour ce faire, le fraudeur va informer l’entreprise d’un changement de RIB et ainsi recevoir les règlements ! Il s’agit d’une des fraudes les plus répandues, selon le baromètre d’Allianz Trade de 2021, la fraude au faux fournisseur était « citée par 46% des répondants »

     

  • L’arnaque au faux président : l’une des plus connue, cette technique consiste à se faire passer pour le PDG de l’entreprise afin d’accéder à des informations ou demander le versement de fonds de manière confidentielle pour détourner l’argent de l’entreprise

  • L’usurpation d’identité d’un “tiers de confiance” : comme son nom l’indique, il s’agit d’usurper l’identité d’un banquier, d’un avocat … pour obtenir plus facilement la confiance des victimes.

     

  • La fraude aux faux clients : cela consiste pour le fraudeur a usurpé l’identité d’un citoyen afin d’obtenir des avantages financiers tels que souscrire un crédit ou encore ouvrir un compte en banque.

La fraude à l’identité : technique favorite des fraudeurs 

La fraude à l’identité : de quoi parlons-nous exactement ? 

Le fraude à l’identité est définie par le ministère de l’économie et des finances comme étant : une utilisation de données personnelles propres à vous identifier sans votre accord. 

L’identité d’un individu se compose des informations relatives à son état civil à savoir son nom, son prénom, sa date et son lieu de naissance, sa situation familiale mais aussi à ses attributs physiques tels que son apparence, sa voix ou encore ses empreintes digitales. 

Une fois les données volées, les fraudeurs peuvent les utiliser pour effectuer notamment des opérations financières telles qu’ouvrir un compte bancaire ou effectuer un crédit…Il s’agit d’un délit pénal ! 

Cela peut être particulièrement dommageable pour les victimes qui font face à des pertes financières importantes voire des impossibilités à souscrire un prêt ou  un crédit.

Pour les entreprises ne pas détecter une fraude à l’identité d’un client nuit considérablement à sa réputation mais l’expose également à des risques de sanctions importants pour non respect des règles de conformité et de sécurité ! 

La fraude à l’identité va souvent de pair avec la fraude documentaire qui consiste à contrefaire, falsifier ou voler des documents vierges dans le but de les personnaliser.  

La digitalisation des techniques de fraudes 

La digitalisation a augmenté les tentatives de fraudes notamment en facilitant et en automatisant les techniques de fraude ! En effet, il est désormais plus aisé pour les fraudeurs d’accéder à des informations personnelles puis de les utiliser à des fins frauduleuses.

Des outils au service d’une fraude de plus en plus élaborée 

D’une part, le digital permet de multiplier les attaques et de les réaliser à n’importe quel moment en les automatisant. Cela contribue à accroître les risques pour les entreprises et les citoyens. Désormais, les attaques peuvent être sur n’importe quel support : sms, e-mail, réseaux sociaux tels qu’instagram, LinkedIn, Slack voire même des notifications sur votre navigateur !  

D’autre part, collecter des informations est devenu plus simple via les outils et opportunités offertes par le digital et notamment l’intelligence artificielle. Cela permet également de rendre le vol d’identité très crédible ! 

En effet, le Dark Web permet de récupérer très facilement de faux documents ou d’ accéder à des ressources pour usurper des identités : documents d’identité volés, photos, vidéos de citoyens …. Cela facilite grandement le travail des fraudeurs. Ils n’ont plus à falsifier eux même les documents mais se contentent de les récupérer puis d’automatiser les attaques ! Un véritable gain de temps pour eux … un risque accru pour les entreprises et les citoyens. En effet, dans la mesure où il s’agit de documents officiels, une IA et un humain ne détecteront pas d’incohérences ou de modifications ! 

Des technologies basées sur l’intelligence artificielle existent désormais pour usurper l’identité d’un individu. Son utilisation augmente considérablement les taux de réussite des fraudeurs ! 

Le phising vocal : En effet, grâce à elle, il est désormais possible de cloner une voix grâce à un enregistrement de seulement quelques secondes ! La technique est bien ficelée, il s’agit d’appeler la victime en utilisant une voix connue pour l’informer de l’arrivée d’un e-mail. Cette dernière en confiance va alors effectuer ce qui est demandé et ainsi transmettre aux fraudeurs ses données personnelles ou lui transférer des fonds ! 

La deepfake : technique connue notamment grâce aux vidéos qui ont pu circuler sur les réseaux sociaux, le deepfake consiste à superposer des fichiers audios ou vidéos pour se faire passer pour une autre personne et lui faire dire ce que l’on souhaite ! 

Les bots : c’est également une technologie prisée qui permet d’envoyer en masse des e-mails frauduleux ou encore récolter des mots de passe ! Ces derniers multiplient considérablement la force de frappe des fraudeurs qui peuvent attaquer simultanément plusieurs entreprises et individus ! 

Les techniques sont donc diverses et variées et de plus en plus compliquées à détecter ! Il apparaît donc nécessaire de se tenir aux courants des risques cyber mais surtout de s’équiper aux mieux pour détecter les fraudes !  

Dans notre prochain article dédié à la fraude, zoom sur le changement de paradigme entre la lutte contre la fraude physique et digitale ! Comment concilier le meilleur des deux mondes pour lutter efficacement contre la fraude ?

Vous souhaitez en savoir plus sur la solution de VIALINK ? 

VIALINK

Partager

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest